Je grimpais en salle récemment et j’ai remarqué qu’un grimpeur devenait très frustré parce qu’il ne parvenait pas à passer le crux d’une voie. Il grimpait dans le crux en utilisant la même séquence à chaque fois, tombait et devenait frustré. Cet incident m’a fait penser à la façon dont le mental peut nous empêcher de nous entraîner efficacement.

Socrate a dit : ” Une vie sans examen ne vaut pas la peine d’être vécue. ” Pour examiner notre vie, nous avons besoin d’examiner l’esprit, pour nous assurer qu’il est favorable à l’examen. Le mot “examiner” signifie observer, questionner ou enquêter. L’esprit possède une intelligence qui favorise l’examen et une ignorance qui l’entrave.  

Nous avons besoin de trouver des moyens d’utiliser l’intelligence de l’esprit et d’éviter son ignorance. L’intelligence de l’esprit est sa capacité à résoudre les problèmes. L’esprit absorbe de nouvelles informations et modifie ses connaissances actuelles en fonction de ces nouvelles informations. Ces modifications nous permettent d’avoir une perspective plus large. Nous voyons notre niveau de connaissance actuel et une version modifiée de celui-ci.

L’ignorance de l’esprit est sa tendance à valider ses connaissances actuelles. L’esprit recherche d’anciennes informations pour valider sa perspective actuelle. Cette validation maintient une perspective étroite. Nous sommes aveuglés par notre niveau de connaissance actuel et ignorons les autres alternatives.

La résolution de problèmes est une progression vers l’avant : nous disposons d’un niveau de connaissances actuel, nous recherchons de nouvelles informations, et nous associons ces nouvelles informations à notre niveau de connaissances actuel pour résoudre le problème. Cette progression vers l’avant soutient l’intelligence – cherchant à se modifier – de l’esprit. Nous passons de la zone de confort (le connu) à la zone de stress (l’inconnu), ce qui nous pousse à apprendre.

L’ignorance de l’esprit a une progression à rebours : nous connaissons notre niveau actuel de connaissances, nous recherchons les anciennes informations qui le confirment, nous éliminons les nouvelles informations qui ne le confirment pas et nous maintenons une perspective étroite des connaissances. Cette progression à rebours ne résout pas le problème et soutient l’ignorance – cherchant à valider – l’esprit. Nous reculons de la zone de stress (l’inconnu) vers la zone de confort (le connu), ce qui nous éloigne de l’apprentissage.

Si nous sommes dans une voie qui est un défi pour nous, nous avons besoin de résoudre le problème que représente ce défi. La résolution de problèmes exige que nous modifiions notre niveau actuel de connaissances en l’associant aux nouvelles informations que recèle le défi. Nous avons besoin d’expérimenter de nouvelles séquences pour modifier notre niveau actuel de connaissances. Si nous validons ce que nous avons fait dans le passé, en répétant sans cesse la même séquence, nous ne faisons que travailler avec de vieilles informations. Nous serons frustrés, aveugles aux nouvelles informations et ne résoudrons pas le problème.

Le maître zen Takuan Soho (1573-1645) a dit : “C’est l’esprit lui-même qui égare l’esprit”. Afin d’utiliser la capacité intelligente de “modification” de l’esprit et d’éviter sa tendance ignorante de ” validation “, nous avons besoin de faire un entraînement mental à partir d’une perspective extérieure à l’esprit lui-même. Sinon, nous nous perdrons dans son ignorance et nous nous égarerons.

Cette perspective extérieure s’appelle l’observateur. Nous observons l’esprit penser. La perspective de l’observateur nous permet de prendre du recul par rapport à l’activité de réflexion de l’esprit. Du point de vue de l’observateur, nous voyons que nous avons un esprit qui pense pour nous. L’esprit qui pense n’est pas notre essence. Nous pouvons alors penser pour utiliser l’intelligence modificatrice de l’esprit. Nous pouvons également reconnaître quand l’esprit nous aveugle, quand nous sommes victimes de la tendance ignorante de l’esprit à valider.

L’une des plus grandes limites de l’esprit est que, même lorsque nous lisons sur l’ignorance de l’esprit, comme nous le faisons maintenant, nous pensons que cela ne s’applique pas à nous. Il s’agit d’une mesure de protection de l’esprit. Il est donc important de comprendre que nous sommes tous victimes de l’ignorance de l’esprit. Nous n’avons jamais fini d’améliorer la capacité de modification intelligente de l’esprit. Il s’agit donc de reconnaître que cela nous arrive, maintenant, et de faire quelque chose de tangible à chaque instant pour y remédier. Le simple mantra “modifier ne pas valider” peut aider.

En adoptant le point de vue de l’observateur, nous pouvons examiner efficacement l’esprit. Nous sommes capables d’observer, de questionner et d’enquêter sur son niveau actuel de connaissances et de résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés en escalade et dans la vie. Ce n’est qu’à partir de la perspective de l’observateur que nous pouvons entraîner efficacement l’esprit.

Conseil pratique : Lecture Modifiée

Lorsque nous lisons un livre, nous avons tendance à “lire pour être d’accord”. Nous recherchons des informations avec lesquelles nous sommes d’accord lorsque l’auteur exprime ses idées. Ou bien, nous “lisons pour exprimer notre désaccord”. Nous recherchons des informations avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord. Nous adoptons une approche cherchant à valider la lecture. La pensée de l’esprit est la suivante : si l’auteur dit quelque chose avec lequel je suis d’accord, c’est valable ; si je ne suis pas d’accord, ce n’est pas valable.

Au lieu de cela, nous avons besoin de “lire pour observer”. Nous partons du principe que nous ne savons pas. Cela nous permet de rester ouverts aux nouvelles informations. Puis, au fur et à mesure de notre lecture, nous remarquons les informations avec lesquelles l’esprit est en accord ou en désaccord. Du point de vue de l’observateur, nous pouvons examiner la tendance ignorante et cherchant à valider de l’esprit et passer à l’utilisation de sa capacité intelligente et modificatrice. Alors seulement, nous pouvons utiliser les idées exprimées par l’auteur.

Leave a Reply