par Laur Sabourin, entraîneur Warrior’s Way

Cet été, je suis allée aux Needles en Californie avec mes amis Pat et Jeremiah. Pendant des mois, j’avais à cœur d’y grimper une ligne : Pyromaniac. L’itinéraire se trouve au centre de la gorge principale, une superbe fissure à doigts en forme d’arche qui se dessine sur une face lisse.

J’ai suivi mon processus habituel de préparation de voie pour des lignes difficiles avec des protections délicates. J’ai grimpé la voie en moulinette, j’ai vérifié les placements et je me suis familiarisé avec les mouvements. J’ai testé les protections avec mon propre poids pour m’assurer qu’elles étaient solides. Cela m’a aidé à être certaine que je pouvais les placer avec précision en grimpant. J’ai tiré la corde et pratiqué quelques chutes, déterminant mes zones de chute « oui » et « non ». J’ai fait plusieurs essais, en allant à chaque fois un peu plus haut.

Le dernier jour, j’ai eu le temps de faire une dernière tentative avant de retourner en Arizona. J’ai commencé la voie et je me suis senti comme une super-héros. Les mouvements de bloc d’intro semblaient plus faciles qu’ils ne l’avaient jamais été. J’étais calme alors que je m’engageais dans la longue traversée du milieu. Au moment d’entamer la section sur inversées et endurante finale, j’avançais tranquillement sur de petits verrous. A la fin de la section d’inversées, avec de l’énergie en réserve, j’ai jeté sur un finger lock que j’ai tenu. Le crux était passé. Et puis je suis tombée.

Au début, j’étais trop chargée d’adrénaline pour ressentir quoi que ce soit, mais ensuite ça m’a submergé. Voilà, c’est tout. J’avais fixé un objectif pour le voyage. Je m’étais vraiment autorisée à le vouloir. J’avais pris des jours de repos et j’avais suivi mon rituel de soins de la peau. Et je n’y suis pas parvenue.

La frustration se manifeste lorsqu’il y a un écart entre nos attentes et la réalité d’une situation. La frustration nous pousse souvent à la pensée autocritique ou à d’autres schémas de pensée malsains. Mais cet espace inconfortable est rempli de opportunités d’apprentissage. Comment pouvons-nous rediriger notre attention de la frustration à l’apprentissage ?

Nous pouvons nous poser deux questions :

  1. Qu’est-ce que j’ai bien fait ?
  2. Que dois-je encore améliorer ?

Il peut être difficile de poser ces questions tout de suite. Dans ce cas-ci, j’ai pris quelques grandes respirations, puis je me suis relevé et j’ai terminé la voie. Puis, quand je suis descendue, j’ai pris un peu de temps au pieds de la voie pour y réfléchir.

Qu’est-ce que j’ai bien fait ?

J’étais confiante avec ma méthode et je ne me suis pas arrêtée pour remettre en question les mouvements que j’avais déjà répétés. J’ai grimpé continuellement dans les passages difficiles et je suis restée fidèle à mes décisions de zones de chute « oui » et « non ».

Que dois-je encore améliorer ?

Au moment de la chute, je m’étais autorisée à me détendre car le “crux était passé”, même si les pieds étaient encore assez glissants. Je peux rester attentif à la tâche qui m’attend – terminer la voie – plutôt que d’être distrait par la réalisation de l’objectif.

En réfléchissant, j’ai senti mon corps se détendre et devenir plus ouvert. Je me suis souvenu pourquoi j’avais choisi cette voie en premier lieu : elle était belle et inspirante, et elle m’a poussé à m’engager pleinement et à travailler sur certaines faiblesses dans ma technique d’escalade. L’objectif d’enchainer la voie était important – il m’a poussé à travailler dur pendant le voyage et à optimiser chaque tentative – mais ce n’était pas la seule raison pour laquelle j’étais là.

Plus tard cet été, j’ai eu d’autres projets en fissures de granit et j’ai pu appliquer certaines des techniques que j’avais pratiquées dans les Needles. En me posant ces deux questions et en passant de la frustration à la curiosité, j’ai continué à trouver de nouvelles façons d’apprendre et de partager la joie de faire de l’escalade avec ma communauté.

Leave a Reply

Close Menu