La vie ne serait-elle pas meilleure si nous savions comment suivre le flux de ses défis ? Ne serions-nous pas plus efficaces si nous savions comment être en harmonie avec son flux ? Je pense que la réponse à ces deux questions est “oui”. Mais nous devons comprendre comment le faire à un niveau pratique. Nous devons être conscients de la façon dont nous sabotons ce flux et commencer à vivre en nous harmonisant avec lui.

Afin de suivre le flux de la vie et d’être en harmonie avec elle, nous devons comprendre comment fonctionnent les cycles, la vie étant faite de cycles. Primo, les cycles comprennent deux parties, deux opposés, qui s’équilibrent l’un l’autre. Les cycles démontrent que la vraie réalité est une relation à la fois/et. Nous avons besoin à la fois d’une partie du cycle et de l’autre partie. Nous ne choisissons ou ne valorisons pas plus une partie que l’autre. Ce n’est pas seulement une bonne idée, c’est essentiel, au-delà de toute discussion ou de tout choix. C’est la façon dont le monde fonctionne. Chaque partie doit remplir son rôle pour être en équilibre avec l’autre.

Par exemple, dans le cycle activité/repos, nous avons besoin à la fois de la partie activité et de la partie repos du cycle. Nous appliquons notre énergie lors de l’activité ; nous récupérons notre énergie lors du repos. Nous devons remplir le but des deux parties, l’activité et le repos, pour être en équilibre.

Deuxièmement, dans un cycle particulier, nous nous engageons soit dans une partie, soit dans l’autre. Nous ne serons pas efficaces si nous nous engageons dans les deux simultanément. Chaque partie du cycle a des objectifs différents. En dispersant notre attention entre elles, non seulement nous empêchons de faire l’une ou l’autre de manière efficace, mais nous bloquons aussi notre flux de vie. Notre attention se disperse, ce qui nous tiraille entre les deux parties, nous figeant au milieu.

Par exemple, dans le cycle activité/repos, nous nous engageons soit à être actif, soit à nous reposer. Si nous nous engageons dans les deux en même temps, notre activité sera léthargique et notre repos sera perturbé. Nous pourrions ne pas être dans le flux du cycle activité/repos parce que nous n’avons pas utilisé toute notre énergie ni récupéré toute notre énergie.

Troisièmement, la vie est dynamique, et non statique. La nature dynamique de la vie est générée par le cycle entre les opposés. Nous suivons le flux de la vie en nous engageant complètement dans l’une ou l’autre partie du cycle, tout en sachant que nous avons besoin des deux parties. La dynamique n’est pas créée en se limitant à une seule partie, ni en surévaluant ou sous-évaluant l’une ou l’autre. À mesure qu’une partie du cycle progresse, le besoin de passer à son opposé augmente jusqu’à ce qu’il devienne inévitable de le faire. Ce qui est essentiel pour s’adapter à la nature dynamique des cycles, c’est de se mettre à l’écoute de soi-même afin de savoir quand il faut passer d’une partie à l’autre en temps opportun.

Toujours, dans le cycle activité/repos, au fur et à mesure que l’activité progresse, nous utilisons notre énergie jusqu’à ce que le besoin de se reposer devienne inévitable. De même, à mesure que le repos progresse, nous récupérons notre énergie jusqu’à ce que le besoin de passer à l’action devienne inévitable. Nous sommes attentifs à notre niveau d’énergie et nous nous y adaptons afin d’être en harmonie avec le flux naturel de ce cycle dynamique.

Le cycle respiratoire est un exemple simple pour étudier cela. Nous avons besoin à la fois de l’inspiration et de l’expiration pour un cycle respiratoire efficace. Pourtant, dans ce cycle à la fois/et, nous nous engageons pleinement soit à l’inspiration soit à l’expiration. Finalement, nous savons qu’il s’agit d’un cycle dynamique. Nous effectuons ce cycle en temps utile en prêtant une attention particulière au moment où nous avons suffisamment inspiré – lorsque la nécessité d’expirer devient inévitable – afin de pouvoir passer à l’expiration, et vice versa. Nous sommes dans le flux du cycle de la respiration lorsque nous nous alignons sur ces trois principes. Il est donc important de s’abandonner au cycle respiratoire plutôt que de le combattre.

Voyons comment cela s’applique dans le domaine de l’escalade. Premièrement, le cycle d’escalade consiste à la fois à s’arrêter et à se déplacer. Nous nous arrêtons pour nous reposer afin de récupérer de l’énergie et nous bougeons pour engager notre corps à appliquer notre énergie. Ainsi, nous valorisons les deux parties. Deuxièmement, nous nous engageons à nous arrêter ou à nous déplacer dans le cadre de ce cycle à la fois/et. Nous nous engageons soit à nous arrêter pour nous reposer, soit à nous déplacer pour grimper. Quand vous vous reposez, reposez-vous ; quand vous grimpez, grimpez. Troisièmement, nous alternons en temps voulu les parties du cycle. À mesure que nous récupérons de plus en plus d’énergie pendant le repos, il devient inévitable de commencer à bouger pour appliquer notre énergie. De même, lorsque nous grimpons, nous utilisons notre énergie jusqu’à ce qu’il devienne inévitable de s’arrêter pour se reposer. Nous sommes à l’écoute de notre corps pour savoir combien de temps nous devons rester aux points d’arrêt pour nous reposer et combien de temps nous pouvons continuer à grimper sans tomber. Si nous ne nous engageons pas à respecter ces principes, notre attention sera alors divisée entre l’arrêt et le mouvement, entre le repos et l’escalade. Nous serons figés, arrêtés au milieu d’une escalade difficile, sans pouvoir ni nous reposer ni bien grimper.

La vie a une certaine intention. Elle avance. Mais la façon dont elle avance s’inscrit dans le cadre de ces principes. Suivre le flux de la vie, c’est s’aligner sur son intention. Nous le faisons en nous abandonnant. Nous abandonnons notre idée de ce qui doit arriver à la façon dont la vie nous dirige.

Nous pouvons être intentionnels lorsque nous nous abandonnons à l’intention de la vie. L’intention est l’attention concentrée dans la direction d’un choix. Nous vivons intentionnellement – dans l’intention de la vie – en concentrant notre attention sur les processus, ce qui maintient notre attention dans le moment présent. La vie nous donne des processus de base. Notre intention peut être inflexible, et en harmonie avec l’intention de la vie, en se concentrant sur les processus inhérents à la vie.

En grimpant, nous avons des processus qui nous aident à rester concentrés dans le cycle d’escalade “arrêt/déplacement”. Aux points d’arrêt, nous avons les processus pour nous reposer, réfléchir et prendre des décisions. Lorsque nous grimpons, nous avons un processus de mouvement et un processus de chute. Chaque processus contient des éléments spécifiques qui nous permettent de concentrer notre attention. Par exemple, le processus de réflexion consiste à recueillir trois informations : le but final, la conséquence et le plan. Ni plus, ni moins. Le processus de mouvement consiste à respirer, bouger, se détendre et maintenir un contact visuel. Ni plus, ni moins. Notre intention est inflexible car nous choisissons de concentrer toute notre attention sur les éléments spécifiques de ces processus. En nous abandonnant à ces processus – plutôt que de nous fixer sur l’objectif – nous utilisons notre attention de manière efficace, ce qui nous libère pour donner le meilleur de nous-mêmes.

La vie est difficile et nous pouvons inconsciemment nous saboter en combattant cette réalité. Une grande partie de ce qui rend la vie difficile est notre résistance à cette réalité, à la vérité qu’elle est difficile. Nous suivons le flux de la vie en nous abandonnant à cette vérité et en étant en harmonie avec la nature cyclique de la réalité.

Conseil pratique : Satisfaire vos besoins fondamentaux

Vous avez deux besoins fondamentaux : confort/sécurité/sûreté et stress/apprentissage/développement. Vous avez besoin à la fois de confort/sécurité/sûreté et de stress/apprentissage/développement, et pas seulement de l’un d’entre eux. Pour mener une vie équilibrée, il est important de répondre à ces deux besoins. Par conséquent, n’oubliez pas de valoriser les deux parties du cycle.

  • Application dans la vie : Vous avez besoin à la fois de repos et d’activité. Le repos répond à votre besoin de récupérer de l’énergie (confort/sécurité/sûreté) ; l’activité répond à votre besoin d’appliquer votre énergie (stress / apprentissage / développement).
  • Application en l’escalade : Vous avez besoin à la fois de vous arrêter pour vous reposer et de vous déplacer pour grimper.

Dans le cycle à la fois/et des besoins fondamentaux, vous vous engagez soit dans l’un soit dans l’autre, soit dans le confort/sécurité/sécurité soit dans le stress/apprentissage/développement.

  • Application dans la vie : Vous vous engagez soit à vous reposer, soit à vous adonner à une activité.
  • Application en l’escalade : Vous vous engagez soit à vous arrêter pour vous reposer, soit à vous déplacer pour grimper.

Le cycle à la fois/et est dynamique. Restez à l’écoute de votre corps et de votre esprit pour savoir quand il est temps de passer à la partie opposée du cycle.

  • Application dans la vie : Découvrez comment vous vous sentez reposé au réveil. Découvrez à quel point vous vous sentez fatigué lorsque vous faites des activités pendant la journée. Êtes-vous chroniquement fatigué ? Que pouvez-vous faire pour retrouver votre équilibre ?
  • Application en escalade : Vérifiez votre niveau d’énergie pour savoir quand vous avez suffisamment récupéré pour commencer à vous déplacer ; vérifiez la quantité d’énergie qu’il vous reste lorsque vous grimpez pour savoir quand revenir au repos.

Leave a Reply