J’ai plus de soixante ans. Il y a quarante ans, je suis tombé amoureux de l’escalade. Il y a vingt ans, je suis tombé amoureux de la création d’une carrière dans l’escalade. Pourtant, ma vie n’a pas toujours été axée sur l’amour de ce que je faisais. Avant de choisir de faire carrière dans l’escalade, je travaillais dans l’entreprise de mon père. Nous vendions des outils industriels, principalement des outils de coupe, comme des forets, des tarauds et des fraises, pour couper le métal. Je n’aimais pas les outils de coupe. Je n’aimais pas ma vie non plus. J’étais frustré, déprimé et anxieux.

J’ai eu ce qu’on appelle une crise de la quarantaine. La vente d’outils de coupe n’avait pas de sens pour moi. Une crise de la quarantaine révèle que nous vivons une existence superficielle. Il y a quelque chose dans la vie qui demande de la profondeur et du sens. Nous sommes soit en train de grandir, soit en train de mourir. Avoir une vie qui a un sens atteste que nous grandissons en tant qu’êtres humains.

La question essentielle est la suivante : comment créer une vie qui ait du sens ? Je n’aimais pas vendre des outils de coupe. Il est important de le reconnaître. Mais j’ai eu besoin d’aller plus loin et de formuler le problème dans une perspective qui me permette d’agir. Je savais que j’aimais l’escalade. J’ai cherché à savoir ce qui attirait mon intérêt et mon attention sur l’escalade. Il me semblait que c’était la peur et son aspect mental. Maintenant, il était nécessaire que je fasse un choix pour démarrer une nouvelle carrière.

Ce nouveau choix avait besoin d’être fait différemment. J’avais besoin de déterminer ce qui m’avait poussé à traverser une crise de la quarantaine. J’avais besoin de me pencher sur ma motivation, car la motivation est le moteur de nos décisions. Notre motivation nous pousse à prendre des décisions qui nous mènent à une vie frustrante ou à une vie pleine de sens.

Il y a deux motivations de base : extrinsèque et intrinsèque. La motivation extrinsèque nous pousse vers les résultats finaux que nous voulons atteindre. Elle tend à être basée sur le confort ; nous sommes motivés par ce qui nous rendra confortables. En d’autres termes, nous souhaitons le confort que nous ressentirons après avoir atteint un résultat final.

La motivation intrinsèque nous pousse vers les processus que nous voulons expérimenter. Elle tend à être basée sur le stress ; nous sommes motivés par ce qui est stressant, idéalement le stress que nous choisissons de vivre. Nous désirons le stress que nous allons ressentir pendant le processus consistant à vivre l’expérience.

Mon nouveau choix de faire carrière dans l’escalade a demandé un changement dans ma motivation. J’avais inconsciemment choisi une motivation basée sur le résultat final et le confort lorsque j’ai choisi de travailler pour l’entreprise de mon père. Cela m’a apporté une sécurité professionnelle et financière, toutes deux basées sur le confort. J’ai eu besoin de valoriser le stress afin de donner du sens à ma nouvelle carrière. Et le développement de The Warrior’s Way m’a apporté beaucoup de stress. L’entraînement mental pour grimpeurs était inconnu. Il n’y avait pas beaucoup d’informations sur le sujet.

The Warrior’s Way nous demande de vivre notre vie en tant que guerriers. Les guerriers se différencient des gens ordinaires par ce qui les motive. Les gens ordinaires sont victimes d’une motivation inconsciente basée sur le confort. Les guerriers ne sont pas des victimes ; ils choisissent consciemment d’identifier le stress auquel ils veulent être confrontés. Les guerriers recherchent de telles expériences parce qu’ils sont d’impeccables chasseurs de pouvoir personnel. Le fait d’entrer dans l’inconnu – le stress – leur donne l’occasion de chasser le pouvoir.

Ma vie a maintenant du sens. J’aime m’engager dans le lent et stressant processus d’enseignement de la méthode et trouver de nouvelles façons de l’appliquer. Je veux être dans ce genre de stress. Je me vois encore avoir une vie pleine de sens dans vingt ans, quand j’aurai plus de quatre-vingts ans.

Joseph Campbell a dit qu’il ne pensait pas que les gens voulaient être heureux. Les gens voulaient plutôt une expérience de vie. Cette expérience est un processus ; elle nous donne du sens et, à travers cette expérience, nous nous sentons vivants. N’aspirez pas à atteindre le bonheur, aspirez à vous engager dans une expérience.

Conseil pratique : Choisir

Vous faites des choix sur ce que vous voulez étudier à l’université autour de 20 ans. Ces choix sont généralement motivés par ce qui attire votre intérêt et votre attention. Puis, inconsciemment, vous avez tendance à déplacer votre motivation, en faisant un choix de carrière qui vous apportera confort et sécurité.

Il faut généralement 20 ans pour vivre avec ce choix et en ressentir tout l’impact. À 40 ans, vous traversez la crise de la quarantaine parce que vous avez l’impression de ne pas grandir ou de ne pas vivre la vie que vous voulez. Vous êtes confronté à un nouveau choix. Il est alors nécessaire de faire ce choix avec une motivation différente.

Si vous êtes confronté à un tel choix, alors choisissez de le faire en tant que guerrier, motivé par une carrière qui vous apportera le stress que vous souhaitez. En étant motivé de cette façon, vous aurez une vie plus profonde et pleine de sens.

Leave a Reply