Le changement est l’un des plus grands défis à relever pour rester concentré. Les situations changent constamment, introduisant des inconnues auxquelles nous devons faire face. La peur est due à ces inconnues. Vraiment ? En êtes-vous sûr ? La peur ne pourrait-elle pas être causée par la façon dont nous concentrons notre attention ? Pourrait-il y avoir quelque chose qui ne change pas, qui nous est connu ? Et, si nous nous concentrons sur cette partie de la situation, pouvons-nous diminuer les peurs ?

Regardons les résultats finaux et les processus pour déterminer ce qui change et ce qui ne change pas. Les résultats finaux sont définis de manière très précise et ne changent pas, alors que les processus, de par leur nature même, changent constamment. Le résultat final obtenu en escaladant la Devils Tower, par exemple, est définitif et ne change pas : nous atteignons le sommet. À l’inverse, les processus, comme la respiration, sont en mouvement constant et donc en changement constant. Ici, nous définissons les résultats finaux et les processus d’un point de vue externe, tous deux distincts de nous.

Le fait de regarder les résultats finaux et les processus d’un point de vue interne change ce qui est connu. Nous les rendons personnels ; ils ne sont pas séparés de nous. Maintenant, nous voyons le résultat final obtenu en escaladant la Devils Tower comme comportant de nombreux éléments dans lesquels nous nous engagerons personnellement. Nous allons escalader une voie spécifique, avoir des luttes physiques et mentales spécifiques et utiliser un équipement spécifique. Le résultat final obtenu en escaladant la Devils Tower sera très différent, même si nous escaladons la même voie plusieurs fois. Chaque résultat final sera une expérience unique.

Le fait de regarder les processus d’un point de vue interne convertit un processus en perpétuel changement en quelque chose de fixe. La respiration, par exemple, lorsqu’elle est considérée comme un processus complet, est familière et connue. Nous avons été personnellement engagés dans la respiration toute notre vie. Nous inspirons et nous expirons. Ce processus complet de respiration est connu et ne change pas. Si nous nous concentrons sur le processus de respiration, alors nous avons notre attention sur des éléments connus.

Pour faire face au changement, nous devons nous concentrer sur ce qui ne change pas. La situation extérieure, par exemple une voie d’escalade, change d’un mouvement à l’autre. Elle a des protections à différents intervalles, a différentes conséquences de chute et comporte des sections plus ou moins difficiles. Si nous nous concentrons sur ces éléments externes, notre attention se porte alors sur l’inconnu et sur ce que nous ne pouvons pas contrôler. Nous devons plutôt nous concentrer sur les processus internes, comme la respiration, de sorte que notre attention se porte sur ce qui est connu et ce que nous pouvons contrôler. Si nous concentrons notre attention sur ces processus, alors nous nous concentrons sur ce qui ne change pas. C’est ce que nous enseignons dans les ateliers Warrior’s Way.

Imaginez une roue, comme celle d’un vélo, tournant autour d’un axe. En se concentrant sur les processus internes, on obtient un centre qui ne change pas. Nous sommes comme l’axe stationnaire qui observe la roue qui tourne autour de nous. Le changement se produit à la périphérie et a tendance à distraire notre attention. Une chose intéressante se produit lorsque nous nous concentrons à partir de la perspective de l’axe : la roue qui tourne commence à ralentir. La situation extérieure semble moins changer parce que notre attention est concentrée sur les processus internes. Finalement, avec de la pratique, la roue s’arrête de tourner et il n’y a plus de distraction de l’attention. Sans distraction de l’attention, il n’y a pas de peur.

Il est important de se rappeler que la seule chose que nous pouvons contrôler est la façon dont nous choisissons de concentrer notre attention. Déplacer notre attention de la périphérie de la roue (la situation extérieure) vers l’axe central (les processus internes) nous ancre dans le connu. Le monde tourne peut-être autour de nous, mais à partir de notre perspective ancrée, nous pouvons négocier cette rotation de manière plus efficace.

Conseil pratique : Soyez l’Axe

Il existe cinq processus internes pour concentrer votre attention : se reposer, réfléchir, prendre des décisions, chuter et bouger. Ils sont regroupés dans les trois phases de la prise de risque : préparation, transition et action. Il est important de n’être que dans une seule phase à la fois.

  • Préparation (repos et réflexion) : Lorsque vous avez besoin de réfléchir, arrêtez l’action et réfléchissez de manière critique. Rassemblez toutes les informations pertinentes. Récupérez également de l’énergie en vous reposant.
  • Transition (prise de décision) : Lorsque vous avez fini de réfléchir et de vous reposer, évaluez les informations et prenez une décision.
  • Action (chute et mouvement) : Engagez-vous à prendre une décision et appliquez votre énergie à bouger. Si vous chutez, engagez votre énergie dans le processus de chute.

Alternez entre ces phases selon vos besoins.

Leave a Reply