Saroumane, dans le film populaire Le Seigneur des Anneaux, est un méchant. Sauron, un méchant encore plus grand, veut que Saroumane ” constitue une armée digne du Mordor “. Les Orques viennent voir Saroumane en se demandant ce que Sauron a commandé. Puis Saroumane dit quelque chose que j’ai trouvé très significatif. Il dit : “Nous avons du travail à faire”, signifiant qu’ils ont reçu l’ordre de constituer une armée et qu’il est urgent de s’engager dans le travail de sa constitution.

Nous avons tendance à avoir une perception négative du travail. Ce n’est pas quelque chose que nous voulons faire, mais plutôt quelque chose que nous devons faire. La citation de Saroumane a du sens pour moi car elle souligne l’importance du travail et le fait que nous avons besoin de travailler. Karl Marx a été le premier à comprendre qu’en tant qu’être humain, en plus d’avoir besoin de nourriture, d’un abri et de sexe, nous avons aussi besoin d’un travail significatif. Nous avons besoin de nourriture, d’un abri et de sexe pour survivre, mais nous avons aussi besoin de travail pour nous développer. Alors, comment aborder le travail comme une opportunité de développement plutôt que comme une simple obligation ?

Nous sommes animés par la recherche de sens. Nous pouvons choisir de trouver un sens soit extrinsèquement, soit intrinsèquement. L’esprit est habile à être motivé de manière extrinsèque ; les résultats finaux externes tels que gagner beaucoup d’argent, grimper une certaine cotation, et avoir un travail important qui nous donne un statut dans la société. L’esprit utilise ces résultats finaux pour créer du sens. Nous avons le sentiment que notre vie a un sens parce que nous avons atteint ces résultats finaux.

Le cœur est habile à être motivé intrinsèquement, les processus internes qui nous aident à apprendre, tels que s’engager dans des activités, établir des relations et apprendre. Le cœur utilise ces processus pour créer du sens. Nous avons le sentiment que notre vie a un sens parce que nous avons fait des expériences, créé des relations et appris.

Si nous empruntons le chemin extrinsèque, nous gagnons temporairement du sens, mais nous le perdons à mesure que les résultats finaux changent. Nous pourrions perdre tout notre argent ; le degré de difficulté que nous sommes capables de grimper diminue au fur et à mesure que nous vieillissons ; notre statut dans la société change au fur et à mesure que nos emplois changent. Si nous prenons le chemin intrinsèque, nous gagnons du sens que nous ne pouvons pas perdre. Nous conservons ce que nous avons appris des activités que nous avons expérimentées et des relations que nous avons créées.

Nous devons utiliser l’esprit et le cœur pour trouver du sens. L’esprit peut fixer des objectifs extrinsèques et le cœur peut ensuite alimenter le processus intrinsèque – pour profiter du processus – à mesure que nous atteignons les objectifs. Il est nécessaire d’établir une hiérarchie d’importance entre l’esprit et le cœur pour trouver un travail significatif : le cœur est plus important que l’esprit.

La motivation est une partie importante de ce processus. Nous sommes motivés par l’obtention de quelque chose, comme une récompense. Nous voulons que le travail que nous faisons nous rapporte quelque chose. Il y a une différence entre “ce qui est récompensé (rewarded) est fait” et “ce qui est gratifiant (rewarding) est fait”. “Ce qui est récompensé” est la tactique de l’esprit, qui vise à obtenir une récompense à partir de résultats finaux extrinsèques. “Ce qui est gratifiant” est la stratégie du cœur, qui vise à obtenir une récompense à partir de processus intrinsèques. Si nous avons du travail à faire, comme le dit Saroumane, alors nous avons besoin d’un travail qui soit avant tout intrinsèquement gratifiant.

Le travail est stressant. Si nous suivions la motivation extrinsèque de l’esprit, nous ne travaillerions pas. Nous trouverions simplement des moyens de gagner de l’argent facile pour être à l’aise. Pour alimenter la motivation intrinsèque, nous devons vouloir être dans le stress qui accompagne le travail. Nous devons comprendre que c’est par le travail que nous nous développons et que nous trouvons du sens. Le cœur est la seule partie de nous qui peut nourrir notre engagement et nous porter à travers le stress du travail. Nous ne pouvons pas fabriquer une motivation intrinsèque. Elle doit être d’origine organique ; elle ne peut être forcée ; elle doit venir du cœur.

Alors comment faire pour passer de l’esprit au cœur, de l’extrinsèque à l’intrinsèque ? L’écrivain et professeur allemand Rilke nous donne un indice lorsqu’il répond à la question d’un élève. L’élève était confus et se demandait s’il devait devenir écrivain. “N’écris que si tu dois le faire”. Le travail que nous faisons doit être quelque chose que nous devons faire, parce que c’est quelque chose qui a besoin de s’exprimer à travers nous. Ce genre de travail nous fait grandir en tant qu’êtres humains parce que ce travail a un sens. Nous ne pouvons pas réfléchir à notre chemin à ce processus ; chacun de nous doit écouter son cœur.

Conseil pratique : Écouter et ressentir

En prêtant attention à la façon dont votre cœur vous dirige, vous pouvez vous faire une idée de votre travail. Que faites-vous sans être récompensé ? Il y a des livres que vous lisez, des activités que vous faites et des sujets dont vous parlez sans que quelqu’un vous force ou vous récompense. Ce sont des indices sur votre travail intrinsèque.

Ne transformez pas cela en un processus de collecte de données. Si vous pouvez expliquer logiquement le travail que vous devez faire, alors il ne vient pas du cœur. Vous ne pouvez pas expliquer pourquoi votre cœur vous dirige comme il le fait. Vous devez simplement écouter et ressentir.

Leave a Reply