Temujin est né et a grandi dans les hautes steppes de Mongolie. Son père a été tué quand Temujin était jeune. Puis sa famille a été excommuniée de la tribu. Sa famille a été laissée pour morte. La famille a souffert pendant qu’elle luttait pour survivre, ce qu’ils ont fait grâce aux efforts persistants de la mère de Temujin. Temujin devint un homme et un guerrier, et devint le khan de sa nouvelle tribu. Il a réuni les différentes tribus en une grande tribu mongole qui est devenue le Grand Khan, ou Genghis Khan. Puis il a utilisé cette grande tribu mongole pour conquérir une grande partie de l’Eurasie.

La génération qui a vécu la Seconde Guerre mondiale a connu l’enfer. Ce fut la guerre la plus sanglante de l’histoire de l’humanité avec au total plus de 70 millions de morts. Lorsque la guerre a pris fin et que les soldats sont rentrés chez eux, ils se sont engagés à faire en sorte que leurs enfants aient une vie meilleure que la leur. Ils avaient souffert, comme Temujin, et ils ne voulaient pas que leurs enfants vivent la même chose. Ils ont donc apporté beaucoup de confort à leurs enfants, dans l’espoir que la vie de leurs enfants soit meilleure. 

Nous avons tendance à assimiler “meilleur” au confort. Nous voulons que nos enfants aient une vie meilleure que la nôtre. Pourtant, un confort accru peut en fait nous amener à nous plaindre davantage. Nous évitons les défis et devenons ingrats. Il est normal de rechercher des situations sûres, confortables et sécuritaires. Ce qui n’est pas utile, cependant, c’est de penser que les expériences stressantes ne devraient pas se produire. Il est naturel de rechercher le confort et de résister au stress, mais si nous nous accrochons au confort et que nous nous éloignons du stress, alors nous ne nous permettons pas d’apprendre et de grandir comme êtres humains. 

Assurer le confort de nos enfants nécessite un objectif pour guider nos actions. La métaphore de l’escalade nous rappelle deux choses importantes qui peuvent nous aider : 

  1. Il n’y a pas de motivation basée sur le stress. La motivation basée sur le confort est naturelle. Nous ne sommes pas paresseux si nous cherchons du réconfort.
  2. Des objectifs inspirants orientent notre motivation naturelle basée sur le confort dans la direction du stress que nous allons inévitablement ressentir en travaillant pour atteindre l’objectif.

Nous guidons le confort que nous offrons à nos enfants en ayant un objectif inspirant : éduquer des enfants confiants, responsables et débrouillards. Un objectif inspirant nous empêche de dorloter les enfants et de les maintenir dans leur zone de confort. Cet objectif nous évite de les protéger des expériences stressantes. Au contraire, cela nous aide à les guider dans leur travail et à leur enseigner des compétences. Il est plus facile de les laisser faire ce qui est immédiatement confortable pour eux. Ce qui est plus difficile, c’est de se fixer ces objectifs et de trouver un équilibre entre savourer le confort et leur offrir des occasions d’apprentissage.

Ces objectifs guident notre façon de donner du confort aux enfants. La confiance vient de l’engagement répété dans des expériences stressantes ; les enfants deviennent confiants quand ils peuvent faire face aux épreuves. La responsabilité vient en déléguant des tâches aux enfants, comme les tâches ménagères, et en s’assurant qu’ils les accomplissent. La débrouillardise vient de l’enseignement aux enfants d’un large éventail de compétences afin qu’ils puissent prendre des mesures efficaces lorsqu’ils font face à des défis. Toutes ces qualités mettent les enfants dans des situations stressantes pour qu’ils puissent apprendre. La confiance, la responsabilité et la débrouillardise que les enfants acquièrent grâce à ces expériences leur procurent le confort que nous souhaitons pour leur vie.  

Temujin et les Mongols vivaient dans un environnement dur et froid. Ils croyaient qu’un esprit discipliné était nécessaire, que l’action était toujours plus importante que de se plaindre. Temujin a été déçu par l’attitude de ses enfants. Ils avaient grandi dans le privilège avec moins de souffrance. Il pensait qu’ils étaient gâtés et qu’ils n’appréciaient pas ce qu’ils avaient ou ne comprenaient pas la responsabilité de leur poste de leader. Temujin offrait une “vie meilleure” à ses enfants, mais il leur a enlevé par inadvertance trop de dureté de vie. De même, les enfants des anciens combattants américains de la Seconde Guerre mondiale ont été dorlotés en raison de la prospérité économique de l’après-guerre.

Notre compréhension d’une vie meilleure change lorsque nous avons un objectif qui nous donne une vision à long terme. Une vie dure entraîne l’esprit à être discipliné et à être reconnaissant pour les conforts que nous avons. Une juste dose de dureté peut nous aider à apprendre plutôt qu’à nous plaindre. Une juste dose de dureté peut nous aider à être confiants, responsables et débrouillards. Une juste dose de dureté peut nous aider à faire notre part et à être des membres à part entière de notre monde.

Close Menu