Dans la dernière leçon, nous avons souligné l’importance de coacher de manière à nous aider à processer le stress (ndt : “to process stress” en anglais n’a pas de traduction littérale spécifique : transformer, traiter, (di)gérer. Ce n’est pas le fuir, le combattre, ni se figer, mais faire avec, le traverser et y être attentif, ainsi nous pouvons en faire quelque chose). Un autre concept utile pour comprendre le stress est la loi universelle de l’énergie : l’énergie circule sur la trajectoire de la moindre résistance. Ou encore, l’énergie se dirige vers ce qui est le plus facile. Nous avons besoin de nous aligner sur cette loi de manière à pouvoir développer la conscience.

La façon typique de coacher consiste à motiver vers ce qui est le plus facile pour atteindre le résultat final. Elle se concentre sur le confort que nous éprouverons lorsque nous atteindrons ce résultat final. Elle est focalisée sur la rapidité, pour arriver rapidement au résultat final ; et sur le bruit, pour créer des distractions pour l’esprit afin que nous n’éprouvions pas autant de stress.

Prenons par exemple un exercice de gymnastique typique. L’accent est mis sur la réalisation de nombreuses répétitions, rapidement. De plus, une musique forte est diffusée pour “motiver” les participants et donner à l’esprit quelque chose sur lequel se concentrer afin qu’il puisse ignorer le stress. Cette approche rapide et bruyante ajoute des couches qui entravent la prise de conscience. Elle est axée sur “la fin justifie les moyens”. En d’autres termes, nous utilisons n’importe quel moyen pour atteindre le résultat final.

Nous avons besoin de ralentir et de nous taire pour devenir plus conscients. Nous faisons tous cela pour d’autres choses qui sont importantes pour nous. Nous nous taisons lorsque nous prions ; nous partageons un moment de silence pour honorer quelqu’un qui est mort ; nous devrions nous taire lorsque nous écoutons les autres. Le silence est assimilé à l’importance, au respect et à l’attention. Nous avons besoin d’appliquer cette approche à tout ce que nous faisons afin d’améliorer notre capacité à remarquer les couches subtiles de conscience.

L’un des exercices que nous faisons dans nos stages consiste à tenir la posture de yoga du Guerrier 2 pendant trois minutes. Le fait de la maintenir aussi longtemps crée du stress. L’intention de l’exercice est de concentrer notre attention sur la respiration, la relaxation et le maintien de la posture avec qualité. La “qualité” signifie simplement que nous maintenons la posture dans sa forme correcte, en utilisant juste la quantité d’énergie qui est nécessaire.

Nous avons besoin de comprendre comment un tel exercice nous aide à devenir plus conscient. Devenir conscient est un processus qui consiste à se débarrasser des couches de fausses informations. Nous découvrons ces couches en prêtant attention aux subtilités. Ainsi, pour tenir la posture de yoga, par exemple, nous avons besoin de découvrir les couches qui interfèrent avec la qualité de la posture.

Il y a des couches subtiles physiques et mentales qui recouvrent notre conscience. Nous aurons tendance à nous contracter sous l’effet du stress. Physiquement, nous avons besoin de prendre de plus en plus conscience de la qualité de notre respiration, de notre décontraction et de notre posture lorsque nous sommes stressés. Nous remarquons la subtilité de notre respiration. Est-elle profonde, continue et régulière ? Sous l’effet du stress, elle devient superficielle et irrégulière. Nous remarquons également une tension subtile dans nos muscles. Conservons-nous une tension inutile ? Nous remarquons notre posture. Se contracte-t-elle, le dos se creuse-t-il ? Si c’est le cas, nous faisons des ajustements subtils pour tenir la posture correctement.

Nous nous contractons également mentalement lorsque nous sommes stressés. La contraction mentale consiste à utiliser des astuces pour éviter le stress. Par exemple, en prenant la posture de yoga, certains étudiants disent penser à une chanson ou se concentrer sur un point devant eux pour diminuer le stress. Cette méthode rend la chose plus facile pour l’esprit, mais elle détourne l’attention des subtilités. L’attention se porte sur la chanson ou le point et non sur les subtilités de ce que nous faisons.

La contraction reviendra quand nous serons stressés. La respiration deviendra plus superficielle, les muscles se tendront et notre posture deviendra concave. Ce sont des couches qui recouvrent notre conscience. Nous avons besoin de toute notre attention pour remarquer les contractions subtiles afin de pouvoir rediriger notre attention vers une respiration, une détente et une posture correcte.

La prise de conscience exige le silence et le ralentissement. Les exercices de Qi Gong et de Tai Chi sont lents et silencieux, l’attention étant portée sur la respiration, la relaxation et les mouvements lents. L’accent est mis sur la recherche de la manière la plus simple d’effectuer le processus, et non sur la manière d’atteindre le résultat final. La loi universelle de l’énergie se manifeste dans les processus de respiration, de relaxation et de mouvements du corps. La respiration continue, la relaxation continue et une posture correcte sont ce qui est le plus facile à chaque instant. Le silence et le mouvement lent soulignent que le moyen, ou le processus, est une fin en soi. Nous faisons l’exercice pour la joie de le faire.

Il y a un autre point important ici : l’attention a besoin d’être concentrée sur ce que nous pouvons contrôler. L’approche rapide et bruyante concentre l’attention sur le futur résultat final. Nous ne pouvons pas contrôler ce qui est dans le futur ; nous ne pouvons contrôler que ce qui se passe dans le présent. Ce qui se produit dans le présent est un processus, pas un résultat final. L’énergie ne suit pas la voie de la moindre résistance dans le futur ; elle le fait dans le présent. En fait, tout se passe dans le présent, rien ne se passe dans le futur. Le “futur” est simplement une construction de l’esprit. Si nous voulons être efficaces et conscients, nous avons besoin de maintenir notre attention dans le présent sur les processus que nous pouvons contrôler.

En nous concentrant sur la respiration, la relaxation et une posture corporelle correcte, nous permettons à l’énergie de circuler dans le corps de la manière la plus simple. L’esprit reste calme et attentif. Si nous sommes silencieux et que nous nous déplaçons lentement, nous remarquerons de subtiles couches de tension lorsqu’elles se manifesteront. Le bruit et la rapidité ne nous aideront pas à remarquer cette tension. En gardant le silence et en avançant lentement, nous pouvons donner de l’importance et de l’attention à tous les aspects de notre vie.

Conseil pratique : Guerrier 2

Faire un exercice en silence vous aide à prendre conscience de votre respiration, de votre excès de tension et de votre posture. Tenez la posture de yoga du Guerrier 2 de deux façons différentes pour développer une conscience subtile. Tenez-la pendant 3 minutes à chaque fois.

  • Rapide et bruyant : Allumez la télévision pour créer du bruit. Concentrez-vous sur le résultat final et placez le minuteur à un endroit où vous pouvez le voir. Concentrez-vous sur le temps qu’il vous reste.
  • Lent et silencieux : Faites une courte pause, puis recommencez de l’autre côté. Éteignez la télévision et tout autre bruit ou distraction. Fixez l’intention de concentrer votre attention sur la respiration continue du ventre, la relaxation et une posture correcte du corps. Faites rouler vos épaules légèrement vers l’arrière et vers le bas. Réglez le minuteur mais mettez-le là où vous ne pouvez pas le voir. Lorsque vous remarquez que vous vous demandez combien de temps il vous reste, redirigez votre attention sur la respiration, la relaxation et une posture correcte. Prenez plaisir à être dans le stress. Comparez les deux expériences:

Qu’avez-vous remarqué à propos de votre respiration ?

Où avez-vous remarqué des tensions ?

Avez-vous réussi à relâcher ces tensions ?

Qu’en est-il de votre posture corporelle ?

Est-elle devenue concave avec les épaules qui se soulèvent ?

Laquelle était la plus facile, la plus agréable ?

Leave a Reply