De quelle liberté disposons-nous pour mener notre vie ? Notre compréhension de la liberté peut nous apporter un éclairage sur ce qui nous motive afin que nous puissions orienter et faire évoluer nos vies en direction de ce que nous désirons. Il existe trois types de liberté. Le premier type de liberté est la “liberté par rapport à”, une liberté par rapport aux contraintes de la société. La deuxième est la “liberté de (faire)”, une liberté de faire ce que nous voulons faire. Troisièmement, il y a la “liberté d’être”, une liberté, non seulement de faire ce que nous voulons, mais une liberté d’être ce que nous sommes censés être.

Jean-Jacques Rousseau, le philosophe français du XVIIIe siècle, a observé que ” L’Homme est né libre et partout il est dans les fers “. Ces chaînes (fers) sont des règles sociétales oppressives qui limitent ce que nous pouvons physiquement faire. Mais ce sont aussi des chaines mentales, des chaines qui restreignent ce que nous croyons pouvoir faire. Ce sont les chaînes du conditionnement social, les valeurs que la société projette sur nous. Nous avons le sentiment de ne pas avoir le pouvoir de nous diriger dans la direction que nous voulons prendre dans notre vie. Nous avons plutôt le sentiment d’être mus par la société, par ce que la société juge de valeur.

Nous pourrions avoir envie de grimper, mais si la société nous dit “c’est fou et dangereux”, nous ne le faisons pas. Nous nous éloignons de l’escalade en réagissant à une valeur sociétale conditionnée. Si nous restons inconscients, nous ne gagnerons en liberté que si la société supprime les règles, ou si quelqu’un supprime notre conditionnement social. Cela n’arrive jamais. Cela ne peut être que le résultat d’un changement interne en nous. Nous devenons “libres par rapport à” lorsque nous nous réveillons et réalisons que nous avons plus de valeur que les valeurs de la société ou notre conditionnement.

La deuxième liberté, la “liberté de”, émerge après que nous nous soyons “affranchis” des valeurs de la société et que nous ayons commencé à créer les nôtres. Si nous accordons de la valeur à l’escalade, alors nous faisons de l’escalade sans tenir compte des étiquettes “folles” et “dangereuses” de la société. Nous sommes mus, non par la société, mais par nos valeurs. C’est un grand pas en avant, mais il a tendance à se manifester à travers notre ego. Nous sommes poussés vers ce que nous considérons comme facile, confortable et agréable, et nous nous éloignons de ce que nous considérons comme difficile, stressant et douloureux. En d’autres termes, nous sommes motivés par le plaisir et nous nous éloignons de la douleur. Cela se manifeste inconsciemment par la recherche de résultats finaux, qui sont obtenus après l’expérience stressante de l’escalade.

La troisième liberté, “la liberté d’être”, émerge lorsque nous développons une plus grande conscience. Nous devons dépasser une approche égoïste de la vie et de notre motivation. Nous devons être le moteur de notre propre vie, mû par l’univers. Être animé par l’univers, c’est s’abandonner à notre propre raison d’être. Si nous pouvons y accéder, alors nous vivons une vie authentique, animée par une force supérieure à nous-mêmes.

Pour atteindre ce niveau de liberté, il faut en grande partie accepter et permettre. Nous acceptons notre état actuel et permettons tout ce qui se passe, que ce soit la douleur ou le plaisir, le stress ou le confort, que ce soit difficile ou facile. Accepter et permettre ne se concentre pas sur les résultats finaux ; il s’agit plutôt de processus. Par conséquent, le passage à cette troisième liberté exige de passer des résultats finaux aux processus.

Krishnamurti, le philosophe indien, a un jour exprimé sa vision ultime comme suit ” Je me fiche de ce qui se passe. ” Si une expérience agréable, confortable et facile entre dans notre vie, nous l’acceptons et la permettons. Si une expérience douloureuse, stressante et difficile entre dans notre vie, nous l’acceptons et le permettons. Il n’y a pas de résistance à ce qui est. La résistance détourne notre attention de la situation, en mettant l’accent sur la recherche du confort. Ce processus d’acceptation et de permission offre de nombreuses situations pour développer la conscience et la connaissance de soi. Nous nous détendons face au stress afin d’être attentifs et d’en tirer des leçons. Nous commençons à trouver la vérité sur notre existence, sur qui nous sommes et sur notre but. Cette vérité peut ensuite nous libérer.

La “liberté d’être” est une liberté où les chaînes de la société sont rompues, où le voile de l’ego est levé et où notre être authentique peut se révéler. Une fois que nous avons atteint ce type de liberté, notre motivation devient vraiment intrinsèque. L’énergie peut alors s’écouler sans entrave depuis l’univers, à travers nous et dans notre expérience. La motivation intrinsèque est puissante car elle nous engage dans le plaisir et la douleur de manière égale. Nous faisons de l’escalade stressante parce qu’il n’y a nulle part ailleurs où nous préférerions être. Si nous aimons l’escalade, alors nous savons que pour vivre la vie que nous voulons, pour avoir la liberté d’être qui nous sommes authentiquement, nous devons grimper. Atteindre ce niveau de liberté n’est pas une mince affaire, surtout dans une société où les règles et les valeurs conditionnées abondent. Lorsque nous atteignons ce niveau de liberté, nous vivons dans la société, mais nous ne sommes pas inconsciemment influencés par elle. Nous faisons partie du monde, mais nous n’en faisons pas partie.

Conseil pratique : Accepter et Permettre

Afin de résoudre les problèmes, il est nécessaire d’y être présent. Accepter un problème tel qu’il est, sans vouloir qu’il soit différent, permet de concentrer immédiatement votre attention sur le problème. Votre attention n’est pas distraite par la frustration que vous éprouvez face à un problème ou par le fait de souhaiter que le problème disparaisse. Ensuite, en vous permettant d’être avec le problème, vous attirez l’attention sur les composantes du problème, à partir desquelles des solutions possibles peuvent être trouvées.

Écrivez “Accepter et Permettre” sur des feuilles de papier et placez-les à des endroits évidents pour les voir tout au long de votre journée. Utilisez ces notes comme des rappels pour recentrer votre attention sur l’acceptation du problème tel qu’il est. Ensuite, lorsqu’un problème se pose, permettez-vous d’être avec lui, d’être dans le stress de ne pas connaître la solution. Vous êtes maintenant sur le terrain fertile d’une expérience d’apprentissage.

This Post Has 2 Comments

  1. Bruna Passos

    maravilhosa reflexão. motivador pensar que nao resitir eh o melhor caminho. aceitar e permitir a vida ser extraordinária como deve ser, muito maior do que podemos planejar.

    1. Arno

      Olá Bruna, sim. Life is complex and seems to move us in many ways. Accepting and allowing how we’re being moved, being motivated, helps guide our lives. Arno

Leave a Reply