La chute fait partie intégrante de l’escalade, tout comme l’escalade elle-même. En même temps, elle crée une peur qu’il faut aborder correctement – et vous devez apprendre une technique de chute appropriée pour tomber en toute sécurité. J’ai préparé une série de sept leçons qui se termineront par un événement Facebook Live où je répondrai à vos questions. Alors, engageons-nous et explorons ce sujet fascinant.

Ces leçons sont tirées du récent cours en ligne que j’ai réalisé avec le magazine Climbing (ndt : en anglais seulement): Overcome Your Fear of Falling. Voici les grandes lignes de cette série de leçons :

  1. Introduction et historique
  2. La chute est une compétence
  3. Comprendre votre peur
  4. Connaître votre motivation
  5. Renforcement progressif des compétences
  6. Compétences et exercices
  7. Conclusion et pratique continue

J’aborderai chaque sujet pour vous aider à comprendre intellectuellement le contenu. Cependant, pour le comprendre vraiment, vous aurez besoin de plus de conseils visuels et de pratique. La pratique devra être guidée avec soin, comme dans le cours en ligne, qui est truffé de photos, de vidéos, d’interviews, de textes, de questions-réponses, etc.

Cette série a pour but de vous aider à réaliser qu’il est nécessaire d’aborder la question de la chute et de vos craintes à ce sujet, et de vous orienter également vers le cours en ligne afin de faciliter votre pratique. Le cours est un petit investissement : seulement 55 $. Ce n’est pas beaucoup. Une simple entorse à la cheville due à une pratique de chute inappropriée peut coûter beaucoup plus cher. Alors oui, cette série est un effort pour vous faire acheter le cours. Mais c’est aussi pour guider votre décision d’achat. Entrons dans l’histoire des chutes.

En 1865, les Taugwalder, guides de montagne – un père et deux fils de Zermatt, en Suisse – ainsi que l’aristocrate anglais Edward Whymper et quatre autres personnes ont fait la première ascension du Cervin. À l’époque, les cordes étaient faites de chanvre, n’étaient pratiquement pas dynamiques, et avaient tendance à se rompre. Il n’était pas sage de tomber avec. Elles servaient surtout à faire de la corde courte ou à sécuriser les grimpeurs sur des terrains dangereux, pour les traversées de neige et de glaciers, ou pour fixer des lignes afin d’aider les grimpeurs à passer les sections difficiles. Il n’y avait pas ou peu de protection lors de la grimpe en tête. De temps en temps, des crochets en acier étaient enfoncés dans la roche et la corde y était “posée”.

Lors de la descente, après avoir atteint le sommet du Cervin, les alpinistes étaient tous attachés ensemble sur une seule corde et répartis sur toute sa longueur. En passant au- dessus de la face nord, une des personnes en tête de cordée a glissé, entraînant les autres avec elle. Les guides et Whymper étaient à l’arrière ; ils s’accrochaient au rocher et se retenaient pour éviter d’être entrainés. Puis, alors que la corde s’est tendue, elle s’est rompue entre Whymper/the Taugwalders et les quatre autres membres de leur groupe, qui ont glissé mortellement.

L’escalade et la technologie des cordes ont beaucoup changé depuis 1865. Aujourd’hui, les cordes sont beaucoup plus solides et s’allongent pour absorber l’énergie des chutes, et la chute est une nécessité acceptée pour s’améliorer. Il y a eu de nombreuses étapes entre ces deux extrêmes. L’une des inventions les plus importantes est sans doute le concept d’assurage corporel, qui fait partie d’une série de techniques de cordes que le grimpeur Robert Underhill a importé des Alpes dans les années 1920 et 1930. Underhill a également écrit “On the Use and Management of the Rope in Rock Work” pour l’édition de 1931 du Sierra Club Bulletin, contribuant ainsi à la diffusion de ces concepts auprès du grand public. Dans le Bulletin de 1946, Arnold Wexler et Dick Leonard ont introduit le concept d’assurage dynamique – en laissant du mou supplémentaire se glisser dans le système pour amortir une chute – dans leur article “Belaying the Leader”, basé sur leurs propres recherches et essais sur les petits affleurements autour de Berkeley, en Californie.

Les baudriers se sont également améliorés avec le temps. Je me souviens avoir simplement attaché la corde autour de ma taille quand j’ai commencé à grimper, en 1973. Plus tard, j’ai fabriqué mon premier baudrier à partir de sangles, en attachant la taille et les boucles de jambes. Mon premier baudrier commercial était un Whillans Harness. C’était certainement une amélioration par rapport à mon baudrier fait maison, mais il était très inconfortable en cas de chute car les boucles de jambes étaient rapidement serrées au niveau de l’entrejambe. Les baudriers se sont progressivement améliorés jusqu’à offrir sécurité et confort lorsque vous êtes suspendu ou que vous tombez.

Entre-temps, les cordes de chanvre ont été remplacées par du nylon, mais elles étaient toujours tressées de la même manière en spirale. L’une de mes premières cordes était une Goldline, et avait un tressage en spirale. Puis est venue la corde “moderne”, dont les brins individuels tressés créent une âme enfermée dans une gaine protectrice. Ces cordes sont beaucoup plus extensibles, ce qui rend les chutes plus douces.

Il y a également eu une évolution dans l’éthique de l’escalade. L’ancien dogme « C’est interdit de tomber » a évolué pour intégrer la vision de la chute comme partie intégrante de l’escalade. Au lieu de considérer l’escalade comme une activité sérieuse où la chute est interdite en montagne, elle comprend désormais de nombreuses disciplines – comme le trad, la falaise, le bloc, la salle, etc. – dans lesquelles la chute n’est pas seulement envisagée, mais même acceptée, avec des slogans comme “Si tu ne voles pas, tu n’essaies pas” qui incarnent ce nouvel état d’esprit.

Dans la prochaine leçon, nous verrons comment considérer la chute comme une compétence.

Avertissements :

  • Risque : rien, pas même les instructions d’un entraîneur ou du cours en ligne, ne peut éliminer les risques associés à la pratique des chutes. Acceptez la responsabilité de toute information que vous utilisez pour vous entraîner.
  • Connaissance expérientielle : Il est important de réaliser que vous savez comment tomber lorsque vous faites une expérience appropriée de la chute. Cela ne peut être acquis que par une instruction appropriée.
  • Motivation : La motivation de votre esprit axée sur la réussite peut vous attirer des ennuis, vous poussant à prendre des risques qui ne sont pas appropriés. Vous devez donc vous méfier.

Suggestions :

  • La meilleure option : Faites appel à un entraîneur pour vous aider à guider votre pratique. Nous disposons d’un réseau d’entraîneurs Warrior’s Way aux États-Unis et à l’étranger qui sont experts dans l’enseignement de la chute.
  • La meilleure option suivante : Utilisez mon cours en ligne, qui décrit le processus de manière détaillée avec des vidéos, des photos, des textes, des interviews, des devoirs, des questions-réponses, et plus encore.
  • Pire option : Pratiquez-vous sans ces ressources. Si vous le faites, faites-le par petites étapes.

Aperçu gratuit du cours :

Achetez le cours ici :

Les dates en direct sur Facebook : Monday April 6, 4PM CT on @WarriorsWay FB page

Leave a Reply