Nous poursuivons notre exploration de la sagesse stoïcienne à partir du livre de William Irvine, A Guide to the Good Life, avec la pratique de la visualisation négative. Irvine dit que « …le moyen le plus facile pour nous d’être heureux est d’apprendre comment vouloir ce que nous avons déjà”. Cette pratique consiste à visualiser le pire qui puisse arriver, pour nous inciter à accorder plus d’attention à ce que nous avons. Cela nous donne une meilleure perspective sur notre vie et nous aide à être heureux.

L’une des perspectives que nous obtenons est d’être proactif et d’empêcher les choses négatives de se produire. Si nous investissons sagement notre argent, nous pouvons éviter de le perdre. Sénèque souligne une deuxième perspective : nous atténuons l’impact que l’événement négatif a sur nous. Nous pouvons perdre une partie de notre argent, mais pas autant que nous aurions perdu si nous n’avions pas investi sagement. Une troisième perspective importante que nous acquérons est de savoir que les humains ont tendance à être insatiables. Nous travaillons dur pour ce que nous voulons et nous perdons régulièrement de l’intérêt pour les objets de notre désir. Ensuite, nous répétons ce cycle en travaillant dur à nouveau et en perdant de nouveau l’intérêt. Irvine suggère que sans cette perspective, nous sommes sur un “tapis de course de satisfaction”.

Les stoïciens cherchent des moyens d’inverser ce tapis de course en cultivant un désir pour les choses que nous avons déjà par le biais de la visualisation négative. Qu’est-ce qui existe dans nos vies aujourd’hui ? Cela comprend le confort, les défis et les relations. Cette tasse de café ou cette nuit de sommeil réparateur sont des conforts que nous pouvons tenir pour acquis, pensant qu’ils feront toujours partie de notre vie. Mais ils pourraient être enlevés. Nous pouvons souffrir d’insomnie et devoir arrêter de boire du café pour dormir. Nous apprécions et sommes plus présents pour notre café et notre sommeil en visualisant cette possibilité négative.

Les défis peuvent également être appréciés. On a tendance à l’oublier quand on grimpe, se sentant frustré quand c’est difficile. Au contraire, nous pouvons être reconnaissants d’avoir la capacité d’entreprendre une escalade difficile. Nous pourrions perdre cette aptitude si nous perdons nos capacités. Nous sommes plus présents pour les défis et nous pouvons les apprécier davantage en visualisant cette possibilité négative.

Nous cultivons aussi un désir pour les relations que nous avons déjà. Épictète nous conseille de visualiser les relations qui arrivent à leur fin. Nous devrions songer au fait que lorsque nous embrassons un enfant le matin, c’est peut-être la dernière fois. Par conséquent, savourez ce moment. Nous n’aurons peut-être plus jamais l’occasion d’embrasser l’enfant. Nous sommes reconnaissants et plus présents pour l’enfant en visualisant cette possibilité négative.

La pratique stoïcienne de la visualisation négative semble pessimiste, mais comme le suggère Irvine, elle nous transforme en “optimistes véritables”. Nous caractérisons normalement un optimiste comme quelqu’un qui voit le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Pour un Stoïcien, cependant, ce degré d’optimisme ne serait qu’un point de départ… il continuera à exprimer son plaisir d’avoir même un verre… pour commenter que récipients en verre sont une chose étonnante. Pour ces personnes, les verres sont étonnants ; pour tous les autres, un verre n’est qu’un verre, et il est à moitié vide.”

Il est important de se rappeler que la visualisation négative n’est pas synonyme d’inquiétude. Le premier est actif ; nous visualisons les résultats négatifs pour changer notre comportement, prendre des mesures et les modifier. Nous utilisons activement notre attention. S’inquiéter est passif. Nous ruminons sur les possibilités négatives. Nous permettons à notre attention de s’attarder sur les résultats négatifs sans prendre aucune mesure.

Le principal avantage de la visualisation négative, du point de vue de l’entraînement mental, est son effet sur notre attention. Au lieu de chercher le bonheur dans l’avenir, nous nous concentrons sur le présent, trouvant le bonheur maintenant. Cela nous permet de rester présents et d’apprécier le confort, les défis et les relations dont nous nous réjouissons. Nous sommes heureux et reconnaissants d’avoir des vies à vivre maintenant.

Leave a Reply

Close Menu